- Hide menu

PRESSE

Le Souffleur / Extrêmophile / Xenia Ivanova / 27 décembre 2017

Retrouvez l’article sur le site du Souffleur.

Dans le monde des nouvelles technologies, le spectacle de la compagnie « Les sens des mots » devient le témoin de notre époque.  Extrêmophile est un projet tout à fait transdisciplinaire enrichi par des procédés scientifiques, comme, par exemple, les capteurs thermiques mettant en évidence les émotions des interprètes par des reflets infra-rouges sur un écran au fond du plateau.

Deux événements ont marquées le texte de l’auteure Alexandra Badea. D’un côté sa rencontre avec le microbiologiste Bernard Ollivier, de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), de laquelle est né le premier texte. Et d’autre part la perturbation des répétitions de la pièce au Festival d’Avignon, dans la cour de la résidence du Préfet de Vaucluse, par le cabinet d’un ministre accueilli au même endroit.

La pièce raconte trois histoires croisées : l’histoire  d’un chef de cabinet ministériel ambitieux et obsédé par le pouvoir, celle d’un soldat pilote de drones  irresponsable et encore une d’une jeune scientifique qui travaille au profit de l’industrie. Dès le début du spectacle on est plongé dans un monde obscur, non-éclairé, chaotique et simple, où les histoires s’entremêlent et les personnages se ressemblent au niveau de leurs parcours, de leurs costumes unisexes bleu foncé, de leurs mouvements et de la souffrance profonde qui nous est transmise par tous les moyens perceptibles. Tous les trois sont profondément malheureux, obligés de vivre dans des conditions qui sont mortelles pour la plupart des autres organismes, mais tous les trois illustrent les capacités étonnantes d’adaptation de la vie aux milieux les plus divers et les plus hostiles.

On écoute des bribes des conversations, des flux des paroles livrées sans logique et on essaie de faire des liens entre les personnages. Rien et tout est dit et on se reconnaît facilement dans chacun de ces personnages, dans ce monde hostile qui demande à ses membres d’abandonner leurs idéaux, d’oublier leurs principes et de faire tous les efforts possibles afin de se construire une vie présentable sur un CV parfait. Soyons francs, n’est-ce pas cela ce qui préoccupe la plupart entre nous ?

Le spectacle met en forme les impératifs de perfection imposés par notre société : d’une parfaite durée, le plateau d’une taille nécessaire, les décorations minimalistes, les costumes pratiques, les conversations laconiques – rien de trop ni de pas assez. La pièce semble d’être impeccable, sans coté extrême, elle prépare un beau champ de réflexion sur la société moderne avec ses enjeux tout en laissant apercevoir le drame qui se joue en arrière-plan. Bravo !

WebThéâtre / Extrêmophile / Gilles Costaz / 22 décembre 2017

Retrouvez l’article sur le site WebThéâtre

On doit à Thibault Rossigneux la remarquable opération « Binôme » qui, à Avignon et ailleurs, met face à face un scientifique et un auteur de théâtre pour un dialogue commun aboutissant à une création de l’écrivain. En dehors de ce cycle, il vient de mettre en scène un nouveau texte d’Alexandra Badea selon des principes qui ne sont pas courants dans le théâtre d’aujourd’hui. Il définit ainsi l’expérience d’Extrêmophile : « Je souhaite entrainer les spectateurs dans une expérience immersive et sensible. Les trois acteurs nous entrainent dans une Atlantide envoûtante où scintillent les micro-organismes des tréfonds marins, les lasers des backrooms et les rayons infrarouges des armes à distance… Les acteurs deviennent des objets d’étude soumis au regard, du public, des créateurs de son et image, de la caméra thermique qu’ils manipulent à vue. La diffusion sonore spatialisée créé un environnement immersif qui entraine le public au rythme de la création sonore aléatoire. Celle-ci est conçue à partir des données captées en direct par la caméra thermique. »

Le texte d’Alexandra Badea dont l’art est d’exprimer les pensées souterraines des acteurs de la société économique et technologique passe cette fois au tutoiement à l’égard de ses personnages et entrecroise leurs cheminements secrets. Il y a là un directeur de cabinet réfléchissant à la promotion de la politique où il est impliqué, un pilote de drone chargé d’une mission militaire et une chercheuse confronté au monde de l’énergie fossile. Le spectacle est tout à fait maîtrisé et défendu par des comédiens qui jouent en beauté la vie contre la déshumanisation : Samuel Churin, Katarzyna Krotki et Anthony Roullier. Etrange moment où l’on est ballotté entre un univers d’aéroport et des profondeurs sous-marines, fascinent et glaçant avec la force d’un théâtre inédit en train d’explorer son nouveau langage.

Sud Ouest / mercredi 15 novembre 2017

Extrêmophile_Sud-Ouest

IO Gazette / dimanche 23 juillet / Floriane Fumey

IO gazette

Le Dauphiné libéré / dimanche 23 juillet

Dauphiné libéré

Vaucluse matin / vendredi 22 juillet

Vaucluse matin

La Marseillaise / samedi 30 avril 2016 / Umut Akar

20160430_Binome.pdf

RCF Radio / mardi 15 mars 2016 / Denis Jaubert

Toute la culture / lundi 18 janvier 2016 / Geoffrey Nabavian

« Une famille aimante mérite de faire un vrai repas » et nous donne un plaisir inquiet. A consulter sur le site de Toute la culture.

Revue de presse de l’édition #6

A consulter ici.

Alimentation Générale / vendredi 16 octobre 2015 / Pierre-Yves Bulteau

Souris chaos, article et entretien avec Thibault Rossigneux.

France Inter / La tête au carré / vendredi 26 juin 2015 / Mathieu Vidard

temp2

France 5 / Le magazine de la santé / vendredi 10 juillet 2015

temp3

RFI / Autour de la question / jeudi 13 novembre 2014 / Caroline Lachowsky

 

A l’occasion du week-end binôme à l’Espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes les 14 et 15 novembre, Caroline Lachowsky a reçu Thibault Rossigneux dans l’émission Autour de la question sur RFI le 13 novembre dernier. Ils étaient entourés de Sabryna Pierre (auteure du binôme Swan song ou la Jeune Fille la Machine et la Mort) et de la mathématicienne de l’aléatoire Nicole El Karoui (chercheure dans la deuxième édition de binôme avec Probablement sans titre, de Mathieu Bertholet). Le podcast est disponible ici !

Retrouvez également la revue de presse de l’édition #5 de binôme.

Le Parisien / vendredi 28 novembre 2014 / Florian Niget

 

Les sens des mots créé VaniT.V. avec des comédiens amateurs à la Faïencerie-Théâtre de Creil. Le casting a eu lieu et l’équipe est au complet ! Rendez-vous le 4 février pour la création du spectacle. Retrouvez VaniT.V. dans cet article paru le 28 novembre.

Revue de presse / Corps étrangers

Notre revue de presse du spectacle Corps étrangers, créé au Théâtre de la Tempête en janvier 2014.

France Culture / La Marche des Sciences / Aurélie Luneau

A partir de la 49e minute, Thibault Rossigneux présente binôme dans la Marche des Sciences :

 

 

France Info / Info sciences / 17 octobre 2012

France Info : Quand les chercheurs inspirent les auteurs dramatiques. Ré écoutez l’émission ici !