@2019 par LSDM - contact@lessensdesmots.eu - 07 83 59 42 66

binôme, le poète et le savant

Avec binôme, le chercheur devient l’objet d’étude d’un auteur de théâtre qui écrit une pièce librement inspirée de leur rencontre. Le résultat est sensible, souvent drôle et nous offre un regard inhabituel sur la science et ceux qui la font. La compagnie les sens des mots développe cette collection de spectacles depuis 2010, il existe aujourd’hui 42 binômes.

La soirée binôme se déroule à partir de projections vidéos, de lectures-spectacles et de rencontres avec le public, selon le processus suivant :

  • La diffusion d’extraits de la rencontre filmée entre l’auteur et le scientifique

  • La mise en lecture de la pièce par les artistes de la compagnie les sens des mots

  • La réaction filmée du scientifique à la découverte de la pièce

  • Une discussion avec l’auteur, le scientifique, l’équipe artistique et le public

livre.jpg

binôme, le poète et le savant - Tome 1 aux Solitaires Intempestifs

 

Dans la continuité de notre volonté à défendre les auteurs contemporains, le premier tome de la collection binôme est paru aux Solitaires Intempestifs ! Il comprend les textes de l'édition #8 créée en 2017.

L’édition du tome 2 est en cours, avec le désir à terme de publier l’ensemble de la collection de bientôt 42 textes.

Conception Thibault Rossigneux

Compagnie les sens des mots

Mise en lecture et interprétation (en alternance) : Daniel Blanchard, Sandrine Lanno, Thibault Rossigneux, Paola Secret, Florian Sitbon, Emilie Vandenameele

Création musicale : Christophe Ruetsch et Jules Poucet

Direction technique : Jules Poucet

Vidéo : Romain Kosellek et Ugo Mechri 

A partir de 12 ans / Durée : 1h10

« Pourquoi binôme ?

C’est avant tout l’envie de faire se rencontrer deux individus évoluant dans des milieux très différents mais passionnés par leurs activités réciproques. L’un consacre sa vie à la recherche l’autre à l’écriture. binôme permet de découvrir de façon non didactique la Science qui devient une source féconde d’inspiration pour la Théâtre contemporain. Ces deux univers, à priori si différents, s’enrichissent mutuellement et donnent vie à une oeuvre artistique originale et riche. Il est touchant d’observer les appréhensions des deux protagonistes qui, au cours de leur entretien, s’aperçoivent souvent que leurs deux disciplines sont pareillement animées par l’intuition, le doute, l’effort et la passion. binôme permet de mettre en exergue une certaine poésie scientifique. »

Thibault Rossigneux

directeur artistique de la compagnie

les sens des mots et concepteur de binôme

Aujourd’hui il existe quarante-deux binômes : 

  • Le Pèlerin et la Trace
    De Sandrine Roche, autrice, d’après sa rencontre avec Neyra Patricia Alvarado, anthropologue au Colegio de San Luis (COLSAN) au Mexique (JEAI ChildHerit, IRD, Prise Directe, Lille 3000, Université de Lille)

  • Élise louche !
    De Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, auteur, d’après sa rencontre avec Alain Chédotal, chercheur en Neurobiologie du Développement, directeur de recherche (Inserm)

  • Un livre en quatre lettres
    D’Alice Zeniter, autrice, d’après sa rencontre avec Jean-François Deleuze, directeur du Centre de Recherche en Génomique Humaine (CEA)

  • Dislocation Cervicale
    De Hakim Bah, auteur, d’après sa rencontre avec Sophie Laguesse, chercheuse en Neurosciences (Université de Liège, Théâtre de Liège)

  • Sous les lignes à haute tension
    De Sylvain Levey, auteur, d’après sa rencontre avec Valeria Dulio, chargée de mission Substances Emergentes et Coordinatrice du Réseau NORMAN (Ineris)

  • Mathias ou l’itinéraire d’un enfant paumé
    de Marilyn Mattei d’après sa rencontre avec El Mouhoub Mouhoud, Economiste, Professeur à l’Université Paris-Dauphine, spécialiste de la mondialisation et des migrations internationales (Laboratoire d’Economie de Dauphine-DIAL / IRD / Palais de la Porte Dorée)

  • Effleurer l’abysse 
    de Solenn Denis d’après sa rencontre avec Pierre-Olivier Lagage, astrophysicien (CEA)

  • ZAR Zone(s) à risque(s) 
    d’Amine Adjina d’après sa rencontre avec Guillaume Fayet, expert en modélisation moléculaire pour la maîtrise des risques industriels (INERIS)

  • Bobby et le garçon X-Fragile
    de Sonia Ristic d’après sa rencontre avec Barbara Bardoni, directrice de recherche en neurogénétique (Inserm / Université Nice Sophia Antipolis)

  • Une éternité
    d’Hélène François et Emilie Vandenameele, d’après leur rencontre avec Virginie van Wassenhove, directrice de recherche en neurosciences cognitives (CEA/NeuroSpin, chef d’équipe INSERM)

  • SMOG [Et si tu n’existais pas]
    de Clémence Weill, d’après sa rencontre avec Isaline Fraboulet, chimiste spécialiste des émissions de polluants à l’atmosphère (INERIS)

  • Vers où nos Corps Célestes
    de Julie Ménard, d’après sa rencontre avec Magali Deleuil, astrophysicienne spécialiste des exoplanètes (Aix-Marseille Université, LAM, IUF)

  • 500 mètres
    de Yann Verburgh, d’après sa rencontre avec Emilia Huret, docteur en géologie, responsable des études géologiques (ANDRA)

  • Effondrement(s) 
    de Lucie Depauw, écrit à la suite de sa rencontre avec Isabelle Contrucci, ingénieure de recherches en auscultation des sols (INERIS).

  • Ultimes cérémonies 
    de Catherine Zambon, écrit à la suite de sa rencontre avec Anne-Virginie Salsac, chargée de recherche en biomécanique des fluides (CNRS-UTC).

  • Un gamin au jardin 
    de Daniel Danis, écrit à la suite de sa rencontre avec Stéphane Sarrade, directeur de recherche en chimie durable (CEA).

  • Irrépressible 
    de Kevin Keiss, à la suite de sa rencontre avec Perrine Roux, chercheure en santé publique pour la réduction des risques liés aux conduites addictives (INSERM).

  • La Valise
    d’Aiat Fayez à la suite de sa rencontre avec Moustafa Bensafi, chercheur en neurosciences spécialiste de la perception olfactive, CNRS.

  • Stimulation cérébrale profonde
    de Camille Chamoux à la suite de sa rencontre avec Eric Burguière, chercheur en neurobiologie, CNRS – INSERM – ICM.

  • Les Larmes Acides de Bonne-Maman
    de Julie Aminthe à la suite de sa rencontre avec Marc Tedetti, océanographe biogéochimiste, IRD – MIO – OSU Pythéas.

  • Tir [je n’étais pas amoureux de toi]
    de Pauline Peyrade à la suite de sa rencontre avec Emmanuel Leprette, ingénieur spécialiste des explosions accidentelles, INERIS.

  • Gros grand bruyant mais fiable à 100%
    de Léonore Confino à la suite de sa rencontre avec Christine Ménaché, responsable du centre de calcul CCRT, CEA.

  • Extrêmophile d’Alexandra Badea, suite à sa rencontre avec Bernard Ollivier, spécialiste en microbiologie des environnements extrêmes (IRD – MIO – Région PACA – Culture Science).​

  • Noce chez les épinoches 
    de Gustave Akakpo, suite à sa rencontre avec Wilfried Sanchez, écotoxicologue (INERIS – Région Picardie – Faïencerie Théâtre de Creil).

  • Souris Chaos 
    de Frédéric Sonntag, suite à sa rencontre avec Daniela Cota, spécialiste de la physiopathologie de l’obésité (Inserm).
    (Existe également en version anglaise Chaos Mouse)

  • Sous la pierre est mon jardin 
    de Mariette Navarro suite à sa rencontre avec Claudia Cherubini, spécialiste en hydrogéologie (LaSalle Beauvais – Ombelliscience Picardie – Région Piardie).

  • Atlantides 
    de Jean-René Lemoine, suite à sa rencontre avec Florence Sylvestre, spécialiste en paléoclimatologie (IRD – CEREGE – Région PACA).

  • Swan Song ou la Jeune Fille, la Machine et la Mort
    de Sabryna Pierre, issue de sa rencontre avec Karim Jerbi, chargé de recherche à l’INSERM et travaille au Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon.

  • Emotional Rescue 
    de Frédéric Vossier, suite à sa rencontre avec Antoine Tesnière, médecin dans le département d’anesthésie réanimation de l’Hôpital Cochin, et enseignant chercheur a l’Université Paris Descartes.

  • L’oeil Nu 
    de Sabine Revillet, suite à sa rencontre avec Marc Muraine, Chefdu service d’ophtalmologie du CHU Charles Nicole de Rouen.

  • Divines désespérances 
    de Simon Grangeat, suite à sa rencontre avecThierry Tatoni, Docteur en biologie des populations et en écologie au sein de l’Institut de Recherche pour le Développement.

  • Une symbiose 
    de Pierre-Yves Chapalain, issue de sa rencontre avec Françoise Gillet, Docteur en Biotechnologies Végétales et membre du laboratoire de Biologie des Plantes et Innovation (BIOPI – EA 3900) de l’Université de Picardie Jules Verne.

  • Comme deux moi-même 
    de Virgine Thirion, auteure, suite à sa rencontre avec Charles Lecellier, chercheur à l’Institut de Génétique Moléculaire du CNRS

  • Amphithéâtre 
    de Scali Delpeyrat, auteur, suite à sa rencontre avec Karin Tarte, immunologiste, directrice de l’unité« Micro-Environnement et Cancer » de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)

  • A condition d’avoir une table dans un jardin 
    de Gérard Watkins, auteur, suite à sa rencontre avec Edmond Dounias, ethnobiolgiste au sein de l’Institut de recherche pour le développement (IRD)

  • Baïkal Amour Magistral 
    de Stéphanie Marchais, auteure, suite à sa rencontre avec Patrick Martin, docteur en sciences zoologiques à l’Université Libre de Bruxelles et chef de travaux à l’Institut royal desSciences naturelles de Belgique

  • Probablement sans titre 
    de Mathieu Bertholet, auteur, suite à sa rencontre avec Nicole El Karoui, mathématicienne spécialiste des processus aléatoires – Université Paris VI

  • Parking Song 
    de Sonia Chiambretto, auteure, suite à sa rencontre avec Arthur Leblois, du Laboratoire de neurophysique et physiologie de l’université Paris V

  • La lumière bleue 
    d’Emmanuel Bourdieu, auteur, suite à sa rencontre avec François Vanucci, enseignant chercheur, de l’Institut national de physique nucléaireet de physique des particules, Paris VII – CERN

  • Sympatrie 
    d’Elizabeth Mazev, auteure, suite à sa rencontre avec Romain Nattier, biologiste chercheur au Muséumnational d’histoire naturelle

  • Tropopause 
    de Christian Siméon, auteur, suite à sa rencontre avec Ronan James, climatologue de l’InstitutPierre-Simon Laplace et membre du collectif Doc en stock

  • Moi j’utilise la lumière comme source d’excitation de la matière
    de David Lescot, auteur, et Valia Voliotis, chercheuse en nanosciences à l’Institut des Nanosciences de Paris

Une production les sens des mots avec le soutien de Aix-Marseille Université, l’ANDRA, l'Ambassade de France au Mexique, ARTCENA, la CASDEN, le CEA, le Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, le CEREGE, le CERN, le CHU-Hôpitaux de Rouen, le CNRS, la Communauté de commune Loue-Lison, le Conseil de la Création Artistique, le Département du Doubs, la DRAC Bourgogne Franche-Comté, la DRAC Île de France, la DRRT et Culture Science PACA, la Faïencerie-Théâtre de Creil, la fédération Wallonie-Bruxelles, le Festival Prise Directe en partenariat avec Lille 3000 et l'Université de Lille, l’ICM, iLumens, l’INERIS, l’INSERM, l’Institut Beauvais Lasalle, l’Institut de Génétique Moléculaire de Montpellier, l’Institut des Nanosciences de Paris, l’Institut Pierre-Simon Laplace, l’IRD, l’IUF, LAM, le Ministère de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation, MIO, le Muséum national d’Histoire naturelle, Ombelliscience Picardie, l’OSU Institut Pythéas, le Palais de la Porte Dorée, la Région Bourgogne Franche-Comté, la Région Haute Normandie, la Région Ile-de-France, la Région PACA, la Région Picardie, la SACD, du Théâtre de Liège, l’Université libre de Bruxelles, de l'Université de Liège, l’Université Nice Sophia Antipolis, l’Université Paris Descartes, l’Université Paris Diderot, l’Université Picardie Jules Verne, l’Université Pierre et Marie Curie, l’Université technologique de Compiègne.

En partenariat avec l’Arche Editeur, ARTCENA, Avignon Université, le Carreau du Temple, le Centre national du Théâtre, Culture Science, la Faïencerie-Théâtre de Creil, le Grand Parquet - Maison d’artistes, iLumens, l’Institut français, la Maison Jean Vilar, avec l’aimable autorisation du Musée de l’Homme - Muséum national d’histoire naturelle – France, la Préfecture de Vaucluse, proarti, la SACD Belgique, le Théâtre de l’Agora scène nationale d’Evry, le Théâtre du Rond-Point, Universcience. Alexandra Badea et Alice Zeniter sont représentées par l'Arche - agence théâtrale www.arche-editeur.com. Hakim Bah, Alexandra Badea, Hédi Tillette de Clermont Tonnerre, Sylvain Levey, Sandrine Roche, Alice Zeniter et Marilyn Mattei, sont auteur-ices lauréat-es de l’Aide à la création de textes dramatiques – ARTCENA.